CONCEPT

Un peu d’histoire

C’est sur l’île d’Üto dans l’archipel de Stockholm que le SwimRun fut imaginé en 2002 par une bande de copains accros à l’aventure. Les frères Jasper et Mats Andersson et deux amis se demandaient alors s’il était possible de traverser l’archipel en nageant et marchant d’île en île . Ils formèrent des équipes de deux et dessinèrent la carte de l’archipel sur une serviette en papier. Ils firent alors un pari : l’équipe perdante devrait payer à boire aux vainqueurs une fois arrivés tout au nord de l’archipel, à Sandhamn.

Malgré les difficultés et grâce au soutien des habitants, ils parvinrent à atteindre leur but, après un épuisant parcours de 29 heures. Les quatre amis prenant conscience que ce qu’ils avaient accompli était un bel exploit, souhaitèrent partager leur aventure. C’est en 2006, après avoir rencontré Michael Lemmel et Mats Skott, pionniers des courses d’aventure en Scandinavie, que la première épreuve fut mise en place. Ainsi, eut lieu la première édition de l’ÖtillÖ, littéralement « d’île en île ».

Durant les premières années cette course était plus un défi entre amis qu’une épreuve sportive avant de gagner en renommée et de voir naître une nouvelle discipline : le SwimRun.


Présentation

Le SwimRun consiste à parcourir une distance en alternant natation et course à pied. Pas d’assistance matérielle : les participants conservent leur matériel du début à la fin : ils courent avec leur matériel de natation et nagent avec leur équipement de course à pied. Il est par exemple possible de nager en gardant ses chaussures aux pieds, et de courir en conservant sa combinaison de natation. Les accessoires de type pull-buoy et plaquettes sont autorisés mais au vu de l’alternance course à pied et natation, mieux vaut que l’équipement soit léger et pratique afin de permettre des transitions rapides.

Ce sport est basé sur l’entraide et la cohésion entre deux athlètes qui ne doivent pas se séparer durant toute la course. Les binômes, unisexe ou mixte, ont pour but d’améliorer la sécurité, mais aussi de créer un esprit d’équipe qui sera un facteur essentiel du succès. C’est l’occasion de vraiment connaître la signification de l’entraide : tirer (littéralement) son partenaire a un pouvoir d’émulation sans comparaison. La motivation de se surpasser pour être à hauteur des efforts de son équipier est décuplée. Il s’agit de réussir ensemble une épreuve.

Pour trouver le parfait partenaire, soyez honnêtes avec vous-même et avec votre binôme sur votre niveau.

Le SwimRun est un sport qui se veut proche de la nature et pratiqué par des passionnés. L’esprit d’aventure et d’entraide sont au cœur de cette course, les deux athlètes y font face à ensemble.


L’équipement

Une combinaison néoprène contribue à la sécurité en augmentant la flottabilité et permet d’éviter d’avoir froid. De nombreuses combinaisons spécifiques pour le SwimRun existent sur le marché. L’objectif est de choisir une combinaison qui sera facile à défaire et remettre dans les transitions selon ses propres choix d’équipement. Le plus souvent les jambes sont coupées au-dessus du genou pour faciliter la course à pied, mais certains préfèrent garder les jambes longues pour rester au chaud. Au niveau des manches, elles peuvent être coupées au niveau des coudes pour l’aisance et augmenter la vitesse d’habillage ou plus longues pour augmenter l’isolation thermique. Une trifonction ou un maillot de bain peut parfaitement suffire si la température de l’eau est > 16°C.

Les chaussures doivent offrir un confort et une accroche suffisante, mais ne pas gêner pour la nage. Il y a deux critères pour choisir vos chaussures. Le premier critère correspond à votre technique de foulée. Le second critère correspond au type de terrain que vous aurez à parcourir. Il existe quelques modèles spécifiques au SwimRun. Certaines astuces sont disponibles sur internet comme percer ses chaussures pour que l’eau s’évacue.

Il vous faudra prévoir des lunettes de natation. Les lunettes claires sont les plus utilisées, mais un jour de soleil les lunettes teintées peuvent faciliter la natation.

Le bonnet permet une identification des coureurs. Il est obligatoire pendant les sections de natation. Le bonnet sera offert par l’organisation.

Les aides à la flottaison. Il en existe une grande variété pour améliorer la flottaison des jambes. Pratiquement toutes les courses autorisent ces accessoires tant que leur dimension est inférieure à 100 x 60 cm. Une fois le pull buoy choisi, il faut le transporter. Deux options : un élastique autour de la cuisse, ou un élastique plus grand que l’on remonte autour de la taille. Certains rajoutent de la mousse dans les chaussettes montantes pour faire flotter leurs jambes. Dans le commerce il existe des jambières en néoprène pour augmenter la flottabilité, mais aussi la protection contre le froid.

Les plaquettes permettent d’augmenter la surface pour avoir une plus grande traction dans l’eau.

L’élastique de traction permet de tirer son partenaire afin d’augmenter la vitesse de l’équipe, et ce en natation et en course à pied. Il relie à la taille les deux équipiers. Cela demande de la pratique et un ajustement optimal de la longueur. Certains fabricants commercialisent ces combinaisons-ceintures.